Nouvelles

Voir toutes les nouvelles

LE SPECTACLE FAMILIAL J. ROUGEAU, VU PAR UN ENFANT DE 8 ANS

10 février 2012

LE SPECTACLE FAMILIAL J. ROUGEAU, VU PAR UN ENFANT DE 8 ANS

PATRIC LAPRADE
VENDREDI 10 FÉVRIER 2012

 


Jacques Rougeau m’a lancé un défi au début du mois de décembre. Non, il n’a pas l’intention de sortir de sa retraite pour affronter votre humble serviteur, mais il s’agit plutôt d’un défi d’écriture. En effet, en préparation de ses spectacles du temps des fêtes, Jacques m’a demandé de critiquer son gala comme si j’étais un enfant, le public auquel s’adressent les Spectacles Familiaux Jacques Rougeau. Un défi de taille s’il en est un, car il n’est pas facile de mettre de côté tout l’héritage de lutte que j’ai accumulé au fil des années et me remettre dans la peau du p’tit gars qui adorait Dino Bravo, Rick Martel et les frères Rougeau, dont Jacques, alors que j’avais 8-9 ans. Mais j’en avais fait la promesse à Jacques et je vais tenir ma parole et l’analyse sera faite comme si j’étais retombé en enfance. Mesdames et messieurs, je vous présente donc Patric Laprade, 8 ans, à quelques jours de son 9e anniversaire (je suis né le 31 décembre après tout), qui assiste au spectacle de Jacques Rougeau, le 27 décembre 2011 à Repentigny.

J’arrive avec mon père vers 19h à l’aréna de Repentigny. On s’assit à nos places dans la dernière rangée du parterre, mais je vois quand même l’arène de très près; beaucoup mieux que la dernière fois où je suis allé au Centre Bell, la journée de l’Halloween l’an dernier, alors que j’avais presque le vertige assis avec ma mère dans les sections élevés. Cependant, j’ai l’impression qu’il y a moins de monde, quelques sièges sont vides autour de moi, mais ça se remplit tranquillement, au parterre à tout le moins. C’est la première fois que je vais voir la lutte avec mon père et je suis excité. Avant que le spectacle commence, je surprends mon père à chanter la toune qui joue, que je ne connais absolument pas, lui qui n’arrêtait pas de chialer en chemin sur la musique que j’écoutais à NRJ. Je lui demande pourquoi il chante ces chansons là alors et il me dit que c’est du vieux rock des années 80 et que la toune s’appelle Sweet Madame Blue du groupe Styx; j’en ai jamais entendu parler. Personnellement, je trouve ça assez plate. J’aimerais bien mieux du Marie-Mai, Taio Cruz, Lady Gaga ou même Katy Perry. La toune m’endort et j’ai vraiment hâte que 19h30 sonne. 


Le spectacle commence à l’heure et je suis très content de voir Jacques Rougeau, un lutteur que je n’ai jamais vu lutter, mais mon père m’en a parlé de long en large sur la route pour venir ici à Repentigny. Il était au Forum quand les Rougeau avaient battu les Garvin. Il était là aussi quand ils avaient les ceintures par équipe de la WWE contre la Hart Foundation. Je pense qu’il est aussi excité que moi! Jacques explique qu’il anime un spectacle pour la première fois, mais je l’avais déjà vu faire des entrevues à la télévision et j’avais trouvé qu’il s’exprimait clairement et qu’il avait l’air naturel lorsqu’il s’adressait aux gens, alors je me dis qu’il devrait être un bon animateur. Il nous explique aussi qu’il a changé sa façon de faire pour vendre des billets, qu’il ne les vend plus aux compagnies, que tous ceux qui sont ici ce soir ont payé leur billet. Je ne comprends pas trop pourquoi il explique ça, moi je pensais que pour aller voir un spectacle il fallait nécessairement payer son billet. Mon père m’a dit qu’il m’expliquerait ça plus tard. Jacques explique aussi qu’il faut huer les méchants et applaudir les gentils. Je le sais voyons! J’écoute ça la lutte à la télévision. Pis ils ne le disent pas à la télé qui applaudir pis qui huer. Même quand je suis allé au Centre Bell, ils ne l’avaient pas dit. Mais quand même, y a des méchants que j’aime comme Alberto Del Rio, je le trouve drôle. Mais ici je ne connais personne encore. Ça fait à peu près 10 minutes que Jacques parle et même s’il est intéressant, j’ai hâte que le show commence. C’est long 10 minutes à attendre pour un enfant comme moi. Mon père me dit que ça ne devrait pas tarder. Aussitôt dit, une autre voix se fait entendre et un autre animateur arrive au ring. Il parle contre Jacques alors j’en déduis qu’il est un méchant. Jacques et lui s’entendent pour annoncer chacun leur lutteur; lui les méchants et Jacques les bons. Le show commence enfin, je commençais vraiment à avoir hâte. 

2 heures et demie plus tard…
Je ne commenterai pas chaque combat, mais j’ai bien aimé Émile Rougeau. Il est à peine plus vieux que moi et je le trouve très bon. Il a plein d’énergie, nous parle à nous dans la foule (jamais un lutteur de si proche m’avait presque adressé la parole). J’ai demandé à mon père si Émile luttait, si je pouvais lutter aussi. Il a juste répondu un « On verra…t’es encore trop jeune », alors je vais attendre d’être aussi vieux qu’Émile pour lui redemander. Mais j’ai pas compris quelque chose dans le match, y avait plein de monde en arrière de moi qui applaudissait Golden Price, le méchant dans le combat. Pourtant, Jacques nous avait dit de huer les méchants….c’était peut-être leur Alberto Del Rio à eux? Mon père me dit que c’est sûrement la famille du lutteur. Mais pourquoi ils ne l’applaudissent pas? Mon ami, son père est acteur et il fait souvent des rôles de méchants dans des films et pourtant, mon ami ne rie pas quand il le voit dans un film et qu’il agit en méchant. Je ne comprends pas. L’autre chose que j’ai pas comprise, c’est que le 3e lutteur dans le match arrivait sur la toune Caillou, mais il n’est même pas chauve…comme Caillou, alors pourquoi il prend sa chanson? Mon père le sait pas plus, mais il commence à être tanné de toutes mes questions, j’pense!

Émile avait pas l’air content après son combat, il a gagné et est parti presqu’en courant en arrière. Pourtant il avait gagné…quand John Cena gagne à Raw, il reste et sourit à la foule...

Frank Von Verrückt m’a réellement fait peur. Le Géant Martin aussi, pas parce qu’il est méchant, mais parce qu’il fait 4 fois ma grosseur! Je n’avais pas vraiment peur, j’étais impressionné disons. Mais j’ai demandé à mon père pourquoi il ne passait pas par-dessus le 3e câble comme les géants que je vois à la télé comme le Great Khali par exemple, et papa m’a simplement répondu qu’il devait être plus petit que celui que je vois à la télé. Pas sûr qu’il est plus petit, mais bon. 

Celui qui m’a fait le plus peur c’est la Momie. Pendant qu’il faisait son entrée au ring, je n’ai pas dit un mot et tous les jeunes de mon âge autour de moi n’en disaient pas plus. On aurait dit l’entrée de l’Undertaker. Casey Katana n’avait pas l’air très gentil au début et je me demandais même pour qui prendre. Mais finalement, j’ai choisi Katana qui était bien plus spectaculaire que la Momie. La Muerte en finale était quelque chose aussi. Il y a un enfant qui pleurait pas loin de moi, mais pas moi. Sa musique faisait peur, mais j’avais vu le même masque dans un film récemment, Scream, alors ça m’a moins fait peur que d’autre. J’étais content que JJ gagne dans la finale. J’ai bien aimé la pirouette qu’il a fait à la fin. C’était au tour de mon père de me poser une question alors qu’il m’a demandé si je connaissais le move que JJ avait fait pour battre son adversaire. « Un 450 » que je lui ai répondu, tout fier de moi. Il m’a alors dit que ça lui rappelait Édouard Carpentier, le premier à faire ce genre de moves. Il avait l’air encore plus impressionné que moi! J’ai trouvé ça drôle. 

En partant de l’aréna, mon père m’a demandé mon match préféré et je lui ai dit que c’était Johnny Boy contre Taloche le Clown accompagné d’une petite personne, Tiger Jackson. J’ai bien aimé Johnny, qui a l’air jeune, mais confiant. Mon père m’a dit que Jackson avait déjà lutté pour la WWE en clown également. J’aime ça les histoires à mon père, même si je ne connais pas toujours les lutteurs dont il me parle. 

Nous sommes arrêtés au McDonald avant d’arriver à la maison. Papa m’a fait jurer de ne pas en parler à maman qui serait furieuse d’apprendre ça. Il est revenu sur Jacques Rougeau en disant qu’il l’avait vu lutter il y a 25 ans avec ses frères Raymond et Armand, qu’il écoutait la lutte tous les dimanches matins à 11h et qu’il a même vu lutter Hulk Hogan en direct à plusieurs reprises. J’ai trouvé ça drôle car je n’imagine pas Hulk Hogan lutter aujourd’hui…en tout cas pas quand je le vois à la TNA. Il avait des étoiles dans les yeux et je trouvais ça cool de l’écouter. 

En venant me border, mon père m’a demandé si j’avais aimé ma soirée et je lui ai répondu que oui. Il m’a demandé si j’étais intéressé à y retourner à un moment donné et je lui ai aussi répondu oui. Il a alors sourit, m’a dit que son père à lui l’avait amené à la lutte quand il avait à peu près mon âge et que même s’il ne suit plus ça autant aujourd’hui, même s’il n’avait pas vu un show live depuis 10 ans, il n’avait jamais arrêté d’être un fan à quelque part. Il m’a remercié de l’avoir amené à la lutte car ça lui a rappelé pleins de bons souvenirs. 

Je ne sais pas si je vais encore aimer la lutte dans 30 ans, mais je sais que ce soir, je vais bien dormir. Il m’arrive de faire des cauchemars, quand je regarde un film de peur ou quand je mange avant d’aller me coucher. Alors avec un Big Mac et une frite, je sais déjà que je vais faire des cauchemars. Si d’habitude je me réveille en pleurant et que je cours dans la chambre de mes parents, cette nuit, ils n’ont pas à s’inquiéter, car je sais que Taloche le Clown, les trois frères Rougeau et le Géant Martin vont être là pour me protéger. Papa, c’est moi qui te remercie!
Création site web et référencement par World Web Vision Inc.